Le tourisme est une activité économique importante et en forte croissance qui engendre des externalités négatives. Suite au constat des impacts négatifs du tourisme de masse sur l’environnement naturel et socioculturel de notre territoire, une autre forme de tourisme est proposée par certains acteurs : le tourisme responsable.

La région Provence Alpes Côte d'Azur est un exemple de territoire l’impact de l’activité de tourisme et de loisir est important dans les domaines économiques, socioculturels et environnementaux.

Actuellement, de nombreuses personnes souhaitent profiter différemment de leur temps libre dans notre région, mais manquent d’informations précises sur ce qui est proposé afin de faire le choix d’un tourisme responsable.
Si vous souhaitez approfondir vos recherches vous trouverez également des textes et sites Internet de référence sur le tourisme responsable dans les ressources.

Le tourisme en Provence

          Un poids économique important

Le tourisme représente la première économie de la région PACA (11,4 % du PIB régional) basée sur un patrimoine naturel et culturel très riche.

La région PACA est aussi la première destination des Français en terme de nuitées (13% de parts de marché). Si l’on ajoute le tourisme international, elle se situe juste derrière l’Ile de France. En 2005, elle a accueilli 34 millions de touristes pour 219 millions de nuitées.

          Des impacts socioculturels, des emplois mais souvent précaires...

Malgré un recul du nombre de demandeur d’emploi depuis 1997, en mars 2005 le taux de chômage en Provence Alpes Côte d'Azur reste supérieur de près de deux points à la moyenne nationale.

L’impact du tourisme et du travail saisonnier accentue la précarisation de l’emploi en région Provence Alpes Côte d'Azur : 40 % des demandes d’emploi enregistrées sur le dernier trimestre 2004 sont dues à des fins de CDD ou de contrat d’intérim.

          Les caractéristiques du développement touristique en région Provence Alpes Côte d'Azur
          (Source Plan Bleu, TEC Conseil)

Le tourisme de « masse » a commencé à se développer dans la région Provence Alpes Côte d'Azur à partir des années 1950. Le développement touristique a connu un changement total avec la généralisation de l'automobile et de l'étalement urbain.
De plus le développement touristique est laissé à l'initiative privée et il est guidé par la recherche de profit du foncier.
Ce développement touristique est une réussite économique :
Le tourisme a été à la base du développement d'une région peu peuplée au XIX ème siècle
Il a des effets induits importants, particulièrement sur le développement du secteur tertiaire. Des zones changent de vocation (ex : Nice)

Cependant nous remarquons une utilisation non-optimale des ressources du territoire : les résidences secondaires sont sous occupées, les navires de plaisance ne servent que quelques jours par an,etc.
Pour en savoir plus
www.tec-conseil.com/pusommai.htm
www.planbleu.org

           Des impacts marquants sur l'environnement sur l'environnement régional

Le tourisme a considérablement modifié le territoire de la Provence. Consommation d’eau en période de faible ressource, production de déchets ou impacts sur le milieu naturel sont parmi ses impacts les plus flagrants. Mais il a aussi été une cause majeure d’urbanisation, sur des littoraux auparavant préservés (la Côte d’Azur, la corniche des Maures) ou en haute montagne (stations de ski, routes, et lignes à haute tension pour alimenter les remontées mécaniques).

Il contribue également aux impacts croissants des transports sur l’environnement, à travers les émissions de C02 qu’il induit : la randonnée est une activité « douce » sauf si l’on s’y rend en voiture ou en avion. Ces impacts sont encore aggravés par la concentration spatiale des hébergements et par la saisonnalité : il faut proportionnellement plus d’équipements et d’hébergement pour accueillir le même nombre de touristes.
Malgré ses richesses environnementales et paysagères, la région risque de perdre une grande partie de son attractivité touristique, d’autant plus qu’elle est en retard dans de nombreuses politiques d’environnement : faible pénétration des énergies renouvelables et du tri sélectif, progression rapide des déplacements automobiles, problème de fonctionnement des stations d’épuration lors des orages, étalement urbain…

Pour en savoir plus, consultez le diagnostic environnemental régional de la région Provence -Alpes-Côte d'Azur